Glitchhickers: Faites du stop, pas la guerre

Glitchhickers: Faites du stop, pas la guerre
Jan
31

Glitchhickers: Faites du stop, pas la guerre

date de sortie: mai 2014

Silverstring Media

Glitchhickers

 

Le jeu vidéo c’est nul voyez. Encore aujourd’hui, cette phrase d’un autre âge, encore trop fréquente, s’échappe de bouches préhistoriques mal informées. Récemment galvanisées par une communauté qui peine encore à attirer les peuples (au même âge, le cinéma réunissait la plèbe et l’intello dans une même salle), entravée par ses poignées hurlantes de crypto-fascistes misogynes. Selon ces voix (les dinosaures, pas les nazis), le jeu vidéo ferme le joueur au monde, prisonnier qu’il est de sa petite lucarne, seul dans sa piaule.

 

Glitchhicker –enfant cosmique du Wim Wenders vagabond- retourne ce préjugé comme un gant. Brefs, vivants, mobiles, les évènements dévoilent des personnages, extraterrestres, humains ou non identifiés… Des auto stoppeurs incongrues, glitchant des bandes d’arrêt d’urgence vers notre siège passager. Ils nous content leurs anecdotes étranges, toutes empreintes d’une mélancolie joyeuse. Le joueur, blotti dans sa voiture comme dans une couette confortable aux couleurs nuits, papote avec l’auto stoppeur numérique, s’ouvre à des pensées holistes.

 

Tout en regrettant sa fin abrupte, unilatérale, nous louerons Glitchhicker pour son parfum proche de Kentucky Route Zero, lui aussi road game au réalisme magique, connecté à l’univers. Comme ce cinéma de la rencontre prôné par Wenders, Jarmusch ou Cassavetes, Silverstring Media nous promène sur une route rapprochant les êtres, les phares braqués rêveusement sur la diversité du vivant. La galaxie c’est chouette, Glitchhicker aussi.

About antoine herren

Exocritique ayant voyagé de la galaxie musicale vers la galaxie cinématographique pour trouver le bonheur artistique. Explore actuellement la galaxie vidéoludique. A écrit pour Poinpoin, Gonzai, Il était une fois le cinéma, Ludologique.com, Indie-game.fr

Leave a comment